Nos projets 2010 au Sénégal

Bonjour,

Voilà quelques temps que je n'ai pas mis d'article perso dans ce site, c'est simplement que le temps manque cruellement, pourtant le projet avance, une case est presque fini d'être construite, le puits est fait, et nous avons notre eau, quel luxe!

Ici en Suisse, nous avons mis en place quelques actions, surtout pour faire connaître notre association, et sensibiliser les gens au problème des enfants des rues.beaucoup de personnes sont à l'écoute.Nous allons encore organiser diverses manifestations, en espérant avoir toujours autant de succès!

Je me suis rendue fin juillet au Sénégal afin de voir les progrès réalisés pour la MES, et la construction de la maison d’hôtes.

A Kafountine j’ai été vraiment ravie de voir combien les choses avaient avancés, tirer l’eau de notre puits, imaginé les futurs décors de la maison, planté mandariniers, orangers, cocotiers, palmiers et tamarins. Installé un grillage autour du terrain afin d'éviter que les boeufs ne viennent détruires les plantations.

J'ai apprécié vraiment combien notre représentant Sénégalais, s’est véritablement donné beaucoup de mal pour que tout soit fait de la meilleure façon.

Nous avons également pris contact avec un avocat afin de faire reconnaitre l’association au niveau du Sénégal, pour cela il a fallut créer une association Sénégalaise qui fonctionnera en parallèle avec la nôtre. J’en suis la présidente, Bouba en est le représentant au niveau Sénégalais, et Monsieur Seyni Sow, directeur d’école à accepté d’en être le vice président Sénégalais. Monsieur Sow a été lors de la création d’Enseignant sans Frontière l’un des premier représentant, il connait très bien notre pédagogie, et je pense qu’il sera d’une aide précieuse pour la construction et surtout la mise en place de la MES en elle-même. La reconnaissance de notre association, va nous permettre certainement d’avoir plus d’aide de la part du gouvernement Sénégalais.

Concernant le terrain de Thiés, une très mauvaise nouvelle, ce terrain m’a été volé, il a effectivement été vendu 2 fois. L’avocat avec lequel nous avons pris contact essaie des démarches afin de le récupérer, mais cela semble très difficile. Il va donc falloir que nous trouvions un autre terrain situé dans une zone ou la création d’une maison d’accueil pour les enfants soit nécessaire.

Durant mon séjour j’ai eu l’opportunité de rencontrer plusieurs anciens talibés, j’ai beaucoup écouté ce qu’ils avaient à me dire, ce qu’ils ont osés me dire, cela n’a pas été facile pour eux, ils étaient bouleverser de parler de cette vie. Il y a donc vraiment quelque chose à faire, ils m’ont vraiment soutenue dans ce projet, et m’ont affirmé la nécessité de continuer, quand ayant appris la mauvaise nouvelle concernant le terrain de Thiés j’étais tellement démoralisée que j’étais prête à tout abandonner ! Ils sont avec nous dans ce besoin d’améliorer le quotidien des enfants des rues. Il a aussi semblé nécessaire de peut être associer une école à cette maison pour les enfants, car aucun des anciens talibés que j’ai rencontré ne sait écrire. Que peut faire un jeune homme dans ce monde s’il ne sait pas écrire ni lire ?Il apparait donc que notre projet va prendre une nouvelle tournure, un nouveau souffle. Construire une maison pour les enfants des rues qui soit accolée à une école, et ainsi donner vraiment la possibilité à ces enfants de suivre des cours qui leurs permettent d’avoir un bagage minimum pour leur avenir. Ce nouvel aspect de notre projet m’amène à penser qu’un parrainage des enfants serait vraiment une solution qui donne à chacun la possibilité d’un réel échange entre celui qui désir apprendre et celui qui à envie de participer en aidant à son apprentissage.

Nous allons donc mettre en place ces nouvelles actions, afin que vous puissiez au plus vite en être informé, et aussi surtout commencer ce qui sera la véritable aide pour les enfants des rues!

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site