Ecologie

Voilà un article qui rejoint mes idées, il est vraiment nécessaire de se prendre en main et de réaliser soit même le matériel, ce qui est possible à n'en pas douter, pourquoi toujours attendre que cela vienne d'ailleurs !!!

       

  

 

 

Fours solaires en Afrique : une alternative énergétique

6 septembre

Rendue publique le 3 septembre, la décision de la Standard Bank sud-africaine concernant la mise à disposition de fonds pour garantir la sécurité alimentaire en Afrique relance la question du développement de solutions agro-énergétiques sur ce continent. Afin de mettre à profit les ressources énergétiques locales libres, les projets de collaboration internationale promeuvent la valorisation du gisement solaire par l’implantation progressive de fours solaires dans les villages reculés.

 

Les fours permettent de capturer les rayonnements lumineux et de les transformer en chaleur. Ils offrent ainsi des possibilités de chauffage, d’électrification des infrastructures et surtout, à petite échelle, de cuisson des aliments et de purification des eaux, dans le respect des habitudes culinaires locales.

L’insécurité alimentaire est au coeur de l’actualité africaine, l’utilisation de ces fours solaires permettrait d’y remédier partiellement. Ces fours représentent une alternative sanitaire et environnementale aux techniques habituelles ; les habitants n’ont plus besoin ni de déforester pour obtenir du bois ni d’employer des excréments d’origines animales dont l’inhalation est nocive.

Aussi la United States Agency for International Development (USAID) a-t-elle remis en janvier dernier un prix à M. Ron Mutebi pour son projet de vente de fours solaires en Ouganda, son pays d’origine. Il s’agit dans un premier temps d’acheminer 365 fours solaires en Ouganda, ceux-ci arriveront normalement en octobre prochain et seront montés sur place. Le second objectif est permettre à des entreprises ougandaises de produire elles-mêmes les pièces et ainsi réduire le coût du four qui s’élève aujourd’hui à 170 dollars l’unité. Toutefois, il existe des modèles plus sommaires et plus économiques comme le "Solar cooKit" produit par Sol Suffit et accessible pour environ 7 dollars. Ce type de projet a également séduit des ingénieurs français, comme le montre le programme "Entrepreneurs en Afrique".

Cependant, la difficulté essentielle pour ces populations est de financer leur propre production de fours ; en effet les taux d’intérêts pratiqués par les banques nationales pour des prêts personnels sont très élevés. Les entreprises européennes et américaines tentent donc de trouver des solutions alternatives, notamment en contractant directement avec les utilisateurs. Mais la banque sud-africaine Standard Bank a annoncé, le 3 septembre, à Accra, qu’elle allait travailler, en partenariat avec l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Agra), dirigée par l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, à la répartition de 100 millions de dollars en 750 000 prêts destinés à de petits agriculteurs de quatre pays d’Afrique (Ghana, Mozambique, Ouganda et Tanzanie) qui peut-être décideront d’acquérir des fours solaires.

Cette décision devrait inciter d’autres banques africaines à pratiquer des taux plus intéressants pour les agriculteurs voulant mettre en place des méthodes alternatives, plus économiques et

Sources : TDG, Afrique Actu, Entrepreneurs en Afrique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×