Des hommes formidables

Des gens formidables

Si je pouvais réaliser un fantasme ce serait rencontrer ces hommes formidables.

Victor Nzuzi, Jean Ziegler et El Ali Haidar


Victor Nzuzi

Victor Nzuzi est congolais et agriculteur. Il est président du GRAPR (Groupement de réflexion et d'appui pour la promotion rurale), organisation paysanne membre du réseau CADTM en République démocratique du Congo. Il a participé, à Mumbai, à de nombreux débats et ateliers dans le cadre du FSM, et livre ici quelques unes de ses impressions.

Mumbai, le FSM, c'est du jamais vu ! C'est un festival, un carnaval, c'est un Forum où le pauvre le plus pauvre s'approprie le mouvement. C'est une leçon pour ceux qui pensent que le Forum doit se tenir dans des grandes salles avec des micros et des vedettes. En arrivant, j'étais comme frustré d'avance, je me disais : « Mumbai sera mon dernier voyage... » Mais finalement, je sens qu'il y a encore de la vie dans la dynamique du Forum. On peut faire de la vie avec les gens de la base.

Pourquoi pensais-tu que Mumbai serait ton dernier voyage ? Marre des pérégrinations altermondialistes ?

Sincèrement, je trouvais que ce que l'on combattait se reproduisait aussi dans notre milieu. J'étais un peu déçu, quoi. On retrouve les mêmes figures, qui disent les mêmes choses en ne laissant pas d'espace aux autres. Mais finalement, à Mumbai, je me suis retrouvé dans cette ambiance où la population, le mouvement populaire se retrouvent sous les arbres et tiennent leurs séminaires et leurs ateliers. A l'avenir, il faudra voir dans quelle mesure ce qui se dit dans les mouvements les plus populaires, sous les arbres, pourra être traduit pour que nous nous comprenions, entre Indiens et gens venus d'ailleurs.

A quand un FSM africain ?

C'est un vrai problème. Il y a beaucoup de divergences en Afrique. D'abord, nous devons arriver à organiser un vrai Forum social africain. Aujourd'hui, ce Forum social africain se cherche encore... Il faut dire que dans beaucoup de pays, ce genre de forum est souvent confisqué par une classe, par des intellectuels, par deux ou trois personnes qui se décrètent « Forum social » et qui veulent que les autres viennent se greffer à eux. Par ailleurs, il y a aussi un problème d'infrastructures. S'il doit se tenir, ce FSA devra sans doute être organisée en Afrique du Sud, ou au Sénégal, ou en Afrique du Nord, dans le Maghreb...Il faut y penser, mais ce ne sera pas facile.

Après ce FSM à Mumbai, dans quel état d'esprit retournes-tu au pays ?

Le pays est dans un trou très très profond où les idées et les forces doivent converger pour que nous puissions vraiment mener un travail de développement. Même au village on peut faire un forum avec le villageois, avec le paysan, avec la classe la plus populaire. Ce n'est pas une spécificité des intellectuels. C'est ça la grande leçon que j'ai tirée du Forum social de Mumbai.

Ce n'est pourtant pas simple, pour prendre un exemple, de rendre compréhensible pour chacun(e) toute la complexité de la question de la dette ?

On me pose souvent cette question de savoir si les villageois comprennent cela. Mais les villageois, ils comprennent, parce qu'ils vivent cette réalité ! Par exemple, il y a trente ans, ils pouvaient encore envoyer leurs enfants à l'école presque gratuitement, ou à des prix raisonnables. Ils pouvaient aller à l'hôpital se faire soigner à un prix abordable.

Et aujourd'hui, il faut pratiquement vendre tout ce qu'on a comme réserves alimentaires, il faut vendre tout ce qu'on a comme semences. Expliquer la dette dans nos milieux, ce n'est pas aussi difficile qu'on le pense. On voit le cantonnier qui n'est plus sur la route, la route cassée, le pont emporté... Ca se comprend facilement.

Quelle est l'impression la plus forte que tu retiens de ce bref séjour en Inde ?

La misère. Je croyais qu'on était les plus malheureux, au Congo, mais la misère, en Inde... C'est la richesse qui côtoie l'extrême pauvreté. Quand on sait que le gouvernement indien entretient la bombe atomique, alors que cet argent pouvait être investi dans le social : changer la vie dans les bidonvilles, dans les quartiers populaires... Je suis très déçu. Je me demande même s'il y a un pouvoir en Inde, et ce qu'il fait. Nous, ça nous donne du courage pour dire : « Écoute, on est pas seuls à vivre dans la misère, et on peut faire quelque chose avec les potentialités dont nous disposons ».

Post-scriptum :

Interview réalisée le 23-01-04 par Yannick Bovy. Montage : Frédéric Lévêque. Retranscription : Aïcha MAGHA.

 

Jean Ziegler

l’avocat des affamés

 A 70 ans passés, Jean Ziegler Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation à l’ONU sait que ses jours dans la fonction son comptés. Le 25 octobre, dans ce qui sera sans doute l’un des derniers discours devant la prestigieuse assemblée, il a choisit ses mots pour dénoncer, encore et toujours, cette planète à deux vitesses. Cette terre susceptible de nourrir 12 milliards d’individus mais qui recense 854 millions d’affamés pour une population globale de seulement 6 milliards. Une tendance que la production massive de biocarburants comme l’éthanol aggrave encore en diminuant les surfaces agricoles consacrées aux cultures vivrières.

Alors que la question de sa succession est déjà posée, Jean Ziegler aime à rappeler qu’en 2000 lorsque la charge de Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation lui échoue, le secrétaire général de l’ONU était à la recherche d’une personne capable d’affronter le scepticisme de l’Occident.

Ce “croisé” de la noble cause, il la trouve dans la personne de ce suisse atypique, ancien professeur de sociologie à l’Université de Genève et premier dirigeant de la communauté d’Emmaüs genèvoise, engagé dans la vie politique suisse sous l’étiquette socialiste. Son ennemi est clairement identifiés, le couple infernal libéralisme débridé-faim dans le monde. Faute de réels moyens, Jean Ziegler s’est forgé ses propres armes: activisme, ministère de la parole et médiatisation. C’est donc avec elles qu’il a depuis le siège de l’ONU à New York, le 25 octobre, envoyé sa dernière salve.

Jean Ziegler, a dit craindre que le premier Objectif du Millénaire pour le développement (OMD), la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim, ne soit pas atteint à l’échéance de 2015. Le Rapporteur spécial a rappelé que le nombre de personnes souffrant de la faim et de la malnutrition a augmenté tous les ans depuis 1996. Selon les estimations de l’ONU, six millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année dans le monde à cause de la malnutrition et des maladies associées.

Au-delà du constat dramatique, Jean Ziegler s’est fait procureur. Jean Ziegler a mis en cause en particulier les subventions agricoles européennes qui permettent d’inonder les marchés africains à prix bradés et qui entraînent la ruine des agriculteurs locaux. Selon lui, « l’Union européenne crée de la faim en Afrique par son dumping agricole ». Mais surtout, Il n’a pas hésité à parler d’un “crime contre l’humanité qui est commis lorsque l’on convertit un sol productif pour l’alimentation en terre à produire du biocarburant”. Il a appelé à un moratoire de cinq ans, le temps nécessaire, a-t-il espéré, pour que la recherche trouve le moyen de tirer de l’éthanol des déchets agricoles, essentiellement des parties non comestibles de plantes comme le maïs ou le blé. « Il est légitime de vouloir fabriquer des biocarburants mais le résultat va être désastreux dans l’immédiat », a-t-il déclaré.

Sur un terrain plus politique, le Rapporteur spécial s’est déclaré alarmé par l’augmentation des « réfugiés de la faim » qui tentent de gagner l’Europe et l’Amérique du Nord pour survivre et qui sont considérés comme des délinquants lorsqu’ils arrivent à destination quand ils ont la chance de ne pas mourir en chemin. Il a estimé qu’il est grand temps de renforcer les mécanismes de protection nationaux et internationaux en réaffirmant concrètement « le droit de se nourrir ». Les droits de l’homme ne sont pas uniquement politiques et civiques, a–t-il souligné, mais ils touchent aussi à l’économique, au social et à la culture. Jean Ziegler a estimé que l’Europe doit trouver une réponse autre que militaire pour repousser les miséreux à ses frontières. Il a proposé de créer un nouveau droit de l’homme –le droit d’accueil provisoire– qui protégerait les réfugiés de la faim », dont l’existence n’est actuellement pas reconnue dans les conventions internationales.

La position de Jean Ziegler sur les biocarburants, rebaptisés par les opposants agrocarburants ou nécrocarburants, s’inscrit dans une vague mondiale de contestation à leur égard. Achim Steiner le directeur du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) lui-même déclarait dernièrement que les biocarburants, et en particulier l’éthanol, pourraient constituer une menace pour la chaîne alimentaire et les pays pauvres, les risques encourus pouvant être plus importants que les bénéfices retirés.

et

El Ali Haidar

L’écologiste sénégalais et homme politique sénégalais El Ali Haïdar a été élu samedi dernier à Abidjan (Côte d’Ivoire) président de la Fédération ouest africaine des partis écologistes qui regroupe 9 pays de la sous région, a-t-on appris de bonne source.

M. Haïdar est élu pour un mandat de deux ans renouvelables une seule fois à la tête de cette structure qui vient d’être créée.

‘’Notre plan d’action consiste à fédérer les pays absents à la rencontre d’Abidjan comme la Gambie et la Guinée Bissau’’, a confié à l’APS M. Haïdar qui a créé l’Océanium, un centre de recherche pour la protection de l’océan et des ressource sous-marines.

‘’Nous voulons adopter la même ligne de conduite pour l’installation de notre idéal écologiste pour une gestion durable des ressources forestières’’, a ajouté El Ali Haïdar, un Sénégalais d’origine libanaise.

La Fédération ouest africaine des partis écologistes veut en outre amener l’ONU et le Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) à ‘’une prise en en compte de l’urgence de la gestion des problèmes écologiques’’, a dit son président, annonçant la première réunion de cette nouvelle structure en janvier prochain à Bamako (Mali).

http://www.awa-net.net/spip.php?article488

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. eshvyams (site web) 27/11/2013

"Kava Emperor" is created for mens clothes brand fashion dress clothing brand, simple and comfortable style style, streamlined function, deep men like it. Costumes mature guys filling within the fashionable and elegant at the same time highlighting can properly reflect the steady temperament of men, males happen to be unanimously praised. Kava Dili Clothes is amongst the necessities mature males, dressed within the sort of body comfort and fashion sense, so that men like the remarkable, but also men play most beneficial costumes National selection. Kava Royal brand clothing will be a great show introverted subtle charm to males, for guys charm plus. Blue and white shirt with spaced mature male black jacket are going to be in a position to demonstrate mature, to men bring a unique and lively temperament. Match on a black slacks, the entire dress with natural, fairly good quality general impressive. Also tremendously powerful mentality of the male sort of calm is certainly commendable show out of a spirit. Organic style elite and ultimately, black trousers and shoes, this is the function requirements, but in such costumes request, also is usually just a little organization man has his personal clothes with. In the option of jacket with a gray lounge suit, is going to be able to give a new sense of sight, the men who had been confident that charm to the show out. Kava Royal brand clothes can be an excellent interpretation in the mens pal charm, designed with perfection and strive, from different angles interpretation introverted mans subtle charm to it. Fairly time office put on, but in addition for the National Day to play dress worthy of one's choice. Kava Royal brand clothes Merchants Web-site: http://vip.china-ef.com/web/keavalti/



http://www.szymt.net/bbs/boke.asp?bdxqjules.showtopic.85365.html

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site